14/04/2008

Le calamar à la sauce Harrison

Les recettes sont sérieuses... mais les cuisinières pas toujours ! La preuve ici. Vis-à-vis de ceux qui voudraient tout de même tenter la "calamarinade façon Harrison", nous déclinons toute responsabilité quant au résultat dans l'assiette...



« - Ralph ? C’est Sorcier… je veux dire Johnny.
- Salut, Johnny ! Qui est Sorcier ?
- Un alter ego. Dis-moi, j’ai des calamars. Comment est-ce que je les fais cuire ?
- S’ils ne sont pas frais, donne-les à des nègres.
Ralph avait une attitude cavalière à l’égard des Noirs et prétendait qu’un groupe d’entre eux avait violé sa sœur. Après une brève enquête, Sorcier devait découvrir que Ralph n’avait jamais eu de sœur.
- Il n’y a pas de nègres dans mon coin et tu le sais très bien. De plus, je ne suis pas sûr que les calamars soient frais. Ils sont congelés.
- Oh, misère ! Laisse-les se réchauffer jusqu’à température ambiante. Dès qu’ils auront atteint une consistance vaginale, tu fourres ton doigt dedans et tu leur sors les tripes.
- Ces filaments et ces bidules ?
- Exact ! Ensuite, tu les coupes en rondelles et tu prépares une marinade à base d’ail, de basilic, de thym, de poivre rouge et de tomates fraîches.
- Ici, en juin, il n’y a pas de tomates fraîches.
- Qu’est-ce que tu veux que ça me foute ? Tu ferais mieux de m’envoyer Diana, à New York. »

Jim Harrison, Sorcier.


18 commentaires:

Kris a dit…

De toutes les manières, si vous pêchez un calmar, il faut, soit le cogner très fort et à plusieurs reprises sur un rocher pour attendrir ses chairs, soit le congeler et ensuite le décongeler, pour avoir le même effet.

Didier Goux a dit…

Ah ! très drôle ! Mais où vas-tu chercher tout ça ?

(Cela étant, j'aimerais mieux voir le titre du livre en italiques...

Didier Goux a dit…

Attention aux courants d'air : j'ai oublié de fermer ma parenthèse...

Catherine a dit…

Ça y est j'ai mis les italiques.

Kris a dit…

Je vais chercher tout ça au même endroit où l'on trouve les araignées violantes. Non, c'est vrai, faut les taper pour attendrir les chairs. De mêmes que les tribus canibales cognent à coup de gourdin les hommes (ou les femmes) avant de les manger car le stress améliore leur viandes.

Didier Goux a dit…

Kris, c'est à Catherine que je demandais où elle allait chercher tout ça...

Allez, un verre de lait, une pute, et dodo !

Didier Goux a dit…

Catherine, c'est fois, il y a trop d'italiques ! C'est seulement pour le titre, pas pour le nom de l'auteur.

(Pfff... fatigué, moi...)

joye a dit…

Bravo !

Déjà, il faut bousculer pour avoir une table, c'est bon signe !

Bon appé-grand !

:-)

Catherine a dit…

Pfff..... fatigant d'avoir un mari écrivain !
Merci Joye XX

Kris a dit…

J'avais pas vu le titre du blog "deux soeurs cuisinent". Il faut une grande cuisine pour faire rentrer ces deux soeurs là...

Catherine a dit…

Nathalie a une très grande cuisine et tu ne m'a pas vu depuis longtemps, je suis de loin la (plus mince) moins grosse de la famille !

Godnat a dit…

De loin ???? T'exagères !!! Surement la moins lourde avec tes 1.60 m !

Godnat a dit…

Enfin non finalement tu as raison, de loin les rondeurs ça ne se voit pas trop...

Alf a dit…

Et le calamar dans tout cela on le cuit pas ???

Zoridae a dit…

Ma grand-mère cuisinaient les calamars dans leur encre. Un régal...

Catherine a dit…

Zoridae, je vous raconterai un jour l'histoire de Didier mangeant pour la première fois un risotto à l'encre ....

Zoridae a dit…

Oh ! Catherine je meurs d'impatience !

Anonyme a dit…

beaucoup appris